Journal l'union du 6 octobre 2016

Journal l''union 2015

Journal l'union avril 2015

Journal Elan 2015

Journal l'union  2015

Journal l'axonais octobre 2016

l'union page régionale pour les journées organisées à Laon et à Reims

Journal l'union du 12 octobre 2016

L'écho de Laonnois novembre 2016
Solidarité journal l'union février 2017
L'écho du Laonnois  6 février 2017

Articles de presse

Journée mondiale des soins palliatifs

Hier 6 octobre 2017, dans la galerie marchande de carrefour l'équipe mobile des soins palliatifs de Laon et des accompagnants bénévoles de JALMALV Laon informaient et répondaient aux questions concernant la fin de vie, informant loin des préjugés et des clichés.

.
Voir  ci-dessous l'article de l'union du 5 octobre avec son vrai ou faux. L'article étant trop grand avec la photo, je l'ai recopié.


Les soins palliatifs sont synonymes de fin de vie?     FAUX

 

Les soins palliatifs sont mis en lace dès lors qu'est disgnostiqué une maladie longue et évolutive dont l'évolution peut-être très lente comme par exemple pour les scléroses en plaque. La prise en charge peux se faire à l'hôpital par une équipe dédié."nos avons aussi passés des conventions dans les EHPAD (maisons de retraite)où nous intervenons" précise Isabelle reynal, cadre de santé. Il est possible de faire appel au réseau Cécilia qui lui intervient au domicile des malades. l'équipe peut aussi venir au soutient des soignants -aidants.
Seule la douleur est prise en compte. par l'équipe de soins palliatifs?
Le malade peut toujours donner son avis concernant sa prise en charge?
Des accompagnants bénévoles peuvent intervenir dans le service de soins palliatifs?

Seule la douleur est prise en compte par l'équipe?   FAUX

Les soins palliatifs ne traitent pas uniquement la douleur physique. Elle propose une prise en charge globale de tous les symptômes. Les soins palliatifs n'ont pas vocation d'abréger ni de prolonger la vie du malade.Ils sont là pour améliorer sa qualité de vie."Nous prenons en compte les soucis physiques, mais aussi psychiques poursuit Isabelle Reynal. C'est pour cela que notre équipe est composée d'infirmières, assistante sociale, de psychologue. Le patient n'est aucunement obligé d'accepter le suivi. " le choix lui appartient, on peut apporter une aide ponctuelle".

La personne malade peut toujours donner son avis, son consentement pour les soins, les examens?  VRAI

Ce principe a été réaffirmé dans la loi Léonetti-Clayes.

Les directives anticipées permettent de définir à l'avance ce que l'on ne souhaite pas, explique Isabelle Reynal.Désigner une personne de confiance permet de s'assurer que ces directives anticipées seront prises en compte." On cherchera toujours à soigner mais en sachant ce que le malade souhaite".

 

Des accompagnants bénévoles peuvent intervenir dans le service?   VRAI

"C'est même le seul bénévolat prévu dans une loi" rappelle Élisabeth Millet, de JALMALV, seule association à intervenir à Laon.

Les associations d'accompagnement forment leurs bénévoles, bénévoles qui sont tenus à participer mensuellement à un groupe de paroles pour permettre avec une psychologue de relire leur accompagnement.

"l'accompagnant est là pour écouter toute parole sans jugement, sans à priori, dans une neutralité bienveillante, il permet au malde de trouver ses propres réponses, d'évacuer une partie de ses peurs sans être jugé"explique la bénévole.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now